Je crois que le silence est le temps nécessaire à la maturation des idées, de la formulation et aussi de la "digestion" utile. Des pics de publication suivis de "blancs" sur un blog me semblent donc trés cohérents.
Dans les périodes de relâche, en terme de verbalisation comme d'action, je fais confiance à mon cerveau pour catégoriser les informations, créer les connexions neuronales nécessaires à la conservation de ce qui va me surprendre, alimenter mes rêves, m'émouvoir ou m'apprendre quelque chose.
Pour mieux restituer et adapter à mes besoins le moment venu.
Et ces périodes de silence, ne me semblent pas incompatible avec une vie professionnelle intense, car plus mes rêves et mes émotions sont denses, plus je me sens réactive et efficace au niveau professionnel dans les temps actifs, évitant ainsi un bourdonnement continu qui disperse mon énergie....
le silence devient donc pour moi non seulement vecteur de sens mais moteur de l'action.