Ensuite, pour que ce soit pertinent et constructif, il faut être sur qu'un élève ne peut voter "au pif" et pour un prof qu'il n'a jamais eu...
Donc 2/ Pas de vote possible sans annoncer la couleur des établissements ou l'on est/a été élève. Ca c'est dans le formulaire d'inscription, d'accord, et on peut voter une fois tous les 6 mois.
Enfin le pédago doit avoir un droit de réponse vis à vis de ses votes, sinon, "où est le point" de tout cela ?
Donc 3/ Une possibilité pour les profs de s'inscrirent et répondre, argumenter, proposer.
J'ai pas vu.....
Alors sur des fonctionnalités manquantes lié à une gestion de projet avec des faiblesses, la réaction des profs/syndicats peut se comprendre. Mais sur le fond, je trouve l'idée de ce site, repiquée à nos potes outre-atlantique et outremanche, extrémement positive. Sous réserve que cela ne soit bien réfléchi.

Par contre, que dire de profs qui sur le contre blog créé en réaction à cette initiative trés web 2.0 appellent ouvertement à, je cite " pourrir la boite vocale " de l'auteur en se faisant passer pour des parents d'élèves, et en diffusant son numéro de portable personnel ? Comme il faut se sentir en danger pour avoir une telle réaction....

Donc , si le site survit à cette rage ....et à la confusion (l'auteur s'est désengagé jeudi d'une liste UMP pour les municipales dans le VIIIème), on va peut être enfin aller vers une école ouverte comme je la révais moi aussi gamine.
Courage à cette initiative, car moi ca me plairais assez de savoir si les les étudiants et apprenants pour qui je suis intervenue en formation ont du au choix, me subir, m'écouter vaguement, ou être suspendu à mon souffle en tant que pédagogue.... Finalement, je ne me trompais pas, la violence du tollé et la désinformation lue ici ou là à propos des services de ce site, sont bien révélatrices d'une attitude typiquement française du monde éducationnel public...

De toute façon, en cas de poursuites pénales ou pas, nul doute que le site déménagera et que le domaine sera enregistré par un ressortissant d'un pays non soumis à la législation française.

Stéphane Cola, à l'initiative du projet n'avait peut être pas anticipé la polémique, car il a enregistré son site chez l'hébergeur Gandi, et n'a ni dissimulé son identité, pas plus que son mail ou son adresse que l'on trouve en quelques clics sur le net...ou alors tout était prémédité, et c'est un pro du buzz (sourire) ?

Plus coté journaliste du nouvel obs
plus coté journal le monde