Je lis dans la conclusion d’un intéressant article « La peur du lendemain ranime l’instinct tribal et grégaire en Europe » sur detoxinfo.fr
"Nous restons, en effet, en relation avec notre « tribu » grâce aux réseaux communautaires (tiens donc …) sur internet, ainsi qu’à nos téléphones portables, comme le sait tout petit génie du marketing qui se respecte et très soucieux de transformer la sociologie en argent sonnant et trébuchant. Mais, pas vraiment en valeurs solidaires …"

Alors je m’interroge et voici ce que j’ai posté en commentaire et que je complète ici par des exemples un peu plus précis :

Comment une communauté virtuelle en prise sur le réel peut se constituer sur le net sans une vision partagée et des valeurs communes ? A plus forte raison si au départ ce sont des individus qui ne se connaissent pas autrement au départ.

Lire la suite